Transfert sur dvd

30 juin 2016

Plug-ins et éditeurs externe

Photoshop et Lightroom exercent un fort pouvoir d'attraction sur les photographes, et il n'est donc guère étonnant que se soit développée au fil des années une petite industrie où abondent les éditeurs d'extensions.

Par Volker GILBERT

Plug-ins-et-editeurs-externe-1

Lightroom, Camera Raw, et a fortiori Photoshop possèdent beaucoup plus de fonctionnalités que celles dont vous ne pourrez jamais vous servir. Cependant, les trois logiciels ne sont pas à même de couvrir l'ensemble des besoins en matière de correction d'images. Pour cette raison, Photoshop et Lightroom ont été conçus dès le départ de manière à pouvoir accueillir des extensions sous forme de plug-ins et éditeurs externes. L'éventail des extensions est quasi infini, leurs différences en matière de richesse de fonctionnalités et qualité d'image souvent aussi importantes que leurs tarifs. En règle générale, elles existent en deux versions, Standard et Pro, la dernière offrant un traitement d' images en 16 bits par couche et des réglages plus fins et/ou plus nombreux. On pourrait s'interroger sur la raison d'être des plug-ins et éditeurs externes. Gardez à l'esprit que l'herbe n'est pas toujours plus verte ailleurs - Photoshop et Lightroom offrent déjà un très vaste potentiel en matière de traitement d'images et, parfois, il suffit d'apprendre à en maîtriser les outils pour en tirer pleinement parti. C'est pourquoi il est important de télécharger, installer et essayer une version d'essai de l'extension tant convoitée avant de valider votre achat. Cela dit, l'interface utilisateur, les outils, la rapidité et la simplicité avec lesquels certains greffons parviennent au résultat recherché méritent largement le détour.

Greffons au coeur

Le marché des logiciels d'image subit des changements importants et il n'est donc guère surprenant que certains éditeurs de plug-ins de la première heure aient cessé ou restructuré leurs activités. Mais certains survivent plutôt bien que mal: Alien Skin, Google, Imagenomic, Macphun, Onl et Topaz, pour ne citer que les éditeurs les plus prolifiques, proposent un portfolio d'extensions plus ou moins étendu. Voici notre sélection d'extensions pour Photoshop et Lightroom. La transformation monochrome et la simulation de rendus argentiques sont devenues deux grands chevaux de bataille. Bien que de conception relativement ancienne, Silver Efex Pro continue de servir d'étalon pour ce type de greffon grâce à son système de correction locale U-Point, ses paramètres prédéfinis pertinents et ses interventions très fines sur le contraste global et local. FilmPack, de l' éditeur DxO, brille avec des simulations de films authentiques, Alien Skin Exposure avec des effets très réussis de netteté et de bokeh. Quant à Tonality Pro du jeune éditeur Macphun, il propose une architecture de couches et de calques très performante pour les corrections locales. En matière d'outils de netteté, Google Sharpener Pro et Photokit Sharpener offrent des outils complets pour la préaccentuation, l'accentuation créative et l'accentuation en fonction de la sortie, en tenant compte du type d'imprimante, sa résolution, le format du tirage et la distance d'observation. Quant à Piccure Plus et Focus Magic, ils visent à compenser le flou de bougé et le flou de l'objectif à l'aide d'un algorithme qui procède par la déconstruction de l'image avant de la reconstruire pour lui restituer la netteté qu'elle aurait dû avoir au départ. De nombreux plugins et éditeurs externes se consacrent à la réduction du bruit. Dernier en date, MacPhun Noiseless vient de débarquer sur un marché déjà occupé par Dfine, Neat Image, Noiseware Pro et Denoise. Les logiciels en question sont particulièrement à l'aise lorsqu'ils sont associés à Photoshop. Vous pouvez ainsi appliquer les réglages de traitement de bruit à une copie du calque d'arrière-plan, partiellement masqué là où il faut protéger les détails.

Chasse aux défauts

La correction des défauts optiques et de perspective est un autre domaine desservi par des solutions compétentes. Citons l'ancêtre PTLens pour la correction de la distorsion et du vignetage et DxO ViewPoint pour le redressement des perspectives, les déformations de volume et la distorsion optique. C'est également une des spécialités de DxO Optics Pro qui bénéficie d'une intégration complète avec Lightroom puisqu'il est possible de lui envoyer un fichier Raw à partir de ce dernier, puis d'en rapatrier automatiquement une version corrigée dans le catalogue. Par ailleurs, la même stratégie est employée par Raw Photo Processor et PhotoNinja, ce dernier étant aussi disponible en tant que plug-in pour Photoshop. Topaz Clarity, Macphun Intensify Pro et Akvis Enhancer corrigent les tonalités d'une image pour en mettre en valeur les parties les plus importantes, alors que les outils de Google Viveza contrôlent les tonalités et couleurs de façon globale ou locale. Topaz Adjust offre une amélioration automatique des images, tout comme Perfectly Clear de l' éditeur Athentech. Pour aller encore plus loin dans la manipulation de la lumière et de la couleur, vous pouvez utiliser un utilitaire HDR tel que Photomatix Pro, HDR Efex Pro ou Aurora HDR. Sans faire double emploi avec les outils de fusion HDR de Camera Raw/Lightroom et Photoshop, ils apportent des rendus plus typés et une meilleure gestion des images fantômes.

Plug-ins-et-editeurs-externe-2

Ici ou ailleurs

Pour achever cette présentation de plug-ins et éditeurs externes dédiés au traitement d'images, sachez qu' il existe également des utilitaires pouvant se substituer aux outils de détourage (Vertus Fluid Mask et Topaz ReMask), de redimensionnement et rééchantillonnage de Photoshop (Alien Skin Blow Up, BenVista PhotoZoomPro, Onl Resize 10). Quant à Imagenomic Portraiture et PortraitPro, ils visent à automatiser la retouche de visages. Photoshop offre une interface acceptant deux types de plug-ins: les filtres tiers s'intègrent au menu Filtre alors que les plug-ins d'automatisation sont accessibles via le menu Automatisation. Certains de ces plug-ins sont également disponibles sous forme d'applications autonomes. Si l'installation de la plupart des plug-ins se déroule automatiquement, certains éditeurs vous demandent de copier le fichier manuellement vers le dossier Plug-insde Photoshop.

Les fonctionnalités de Lightroom peuvent être complétées par celles de nombreux éditeurs externes. Pour apporter des modifications à une image dans un de ces logiciels tiers, il faut d'abord générer une copie au format Tiff, PSD ou Jpeg. Une fois l'éditeur externe installé, passez dans l'onglet Édition externe des Préférences de Lightroom pour sélectionner dans le menu Éditeur externe supplémentaire le format de fichier, l'espace couleuret la  profondeur en bits pour le fichier bitmap que vous transférez à votre éditeur externe. Notez que Lightroom choisit toujours la version la plus récente de Photoshop, la considérant comme principal éditeur externe.

Pour envoyer une image vers un éditeur externe, faites un clic-droit, sélectionnez l'option Modifier dans ... du menu contextuel, puis le nom du logiciel. Une boîte de dialogue vous propose alors différentes options en fonction du type de fichier envoyé, Raw ou bitmap. Pour Lightroom, il existe aussi un certain nombre de modules externes mieux intégrés, oeuvrant directement dans l' interface du logiciel hôte. LR/Mogrify 2 se consacre à l'ajout d'un filigrane, d'une bordure ou d'annotations de texte aux images sélectionnées tandis que LR/Enfuse, également mis au point par Timothy Armes, permet de fusionner plusieurs images prises avec des expositions différentes en une seule plage dynamique plus étendue.

Posté par frederic vdb à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 juin 2016

Les scripts en action

Oui, avec Photoshop, n'a jamais ressenti de lassitude à enchaîner les mêmes manipulations sur ses photos pour des traitements similaires ? Pour y pallier, l'application propose de programmer des scripts, nommés ici des Actions. La bonne nouvelle est qu'il n'y a pas besoin d' être informaticien pour cela !

Une Action, au sens «photoshopien» du terme, est un enchaînement de commandes correspondant à des fonctions du logiciel, effectuées à la souris et au clavier. Un dessin valant mieux qu'un long discours, déployez la palette Actions via Affichage > Actions. Pour voir quelles sont les Actions regroupées dans un ensemble ou, pour une Action, visualiser les commandes qu'elle comporte et leur paramétrage, cliquez sur le signe«>». Le socle de la palette est une barre de contrôle, rappelant celle d'un magnétoscope, avec des boutons Stop, Enregistrer et Lire. Des commandes que l'on trouve également dans le menu de la palette, destiné à charger/sauvegarder des ensembles d'Actions et proposant dans sa partie inférieure des ensembles fournis avec Photoshop, mais pas
forcément affichés dans la palette.


Ouvrez une image et lancez des actions au petit bonheur la chance, pour observer ce qui se passe (employez F12 pour restaurer la photo dans son état
antérieur) et prendre la mesure du procédé. Les Actions peuvent se dérouler en continu, ou pas à pas, voire afficher des boîtes de dialogue pour que vous preniez la main sur certains réglages et modifiez ceux qui ont été enregistrés à la création du script. C'est l'objet du petit pictogramme situé à côté de la première colonne, comportant des coches, que de préciser si la boîte de dialogue doit s'ouvrir ou pas pour la commande concernée lors de son exécution.

"Une barre de contrôle rappelle celle d'un magnétoscope, avec des boutons Stop, Enregistrer et Lire."


Le menu de la palette montre que l'on peut insérer une commande, que l'on aurait oubliée, dans une action existante. Mais aussi un point d'arrêt qui interrompt le déroulement et affiche un message. Un moyen, si l'on diffuse ses actions à d'autres personnes, de placer des commentaires descriptifs ou explicatifs sur le déroulement. Depuis plusieurs versions, des instructions conditionnelles sont aussi possibles. Leur liste est prédéfinie et l'on peut, par exemple, choisir de différencier la commande à exécuter selon que la photo est en mode portrait ou paysage. Si vous vous êtes trompé dans la constitution d'un script, pas de souci: il y a tout ce qu'il faut pour y supprimer, modifier ou insérer des commandes. Une Action automatique concerne en général la photo ouverte dans l'espace de travail. Mais il est prévu de l'appliquer à un lot de photos avec Fichier > Automatisation > Traitement par lots.


Pour finir, sachez que les interventions locales à la souris, comme peindre ou cloner, n'entrent pas dans le champ d'action des scripts. Faut-il préciser qu'un photographe de mariage qui traite des centaines d' images, ou celui qui diffuse ses clichés avec un style particulier, a tout à gagner, surtout du temps, avec cette technique simplissime ?

Distribution gratuite d'actions
Une ou plusieurs Actions étant enregistrables dans un fichier .ATN. il n'est pas étonnant que des âmes bénévoles aient proposé sur le web leurs Actions en libre-service. Activez un moteur de recherche avec Scripts Photoshop ou Action Photoshop pour en ramasser à la pelle. Avec Google, sollicitez l'option Images, ce qui vous montrera nombre de rendus possibles. ou Vidéos pour tomber sur des tutoriels et des exemples. Dans votre espace Adobe, dans Adobe Addons lié à Photoshop, entrez Action dans la zone de recherche pour obtenir une liste de scripts gratuits ou payants.

Posté par frederic vdb à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 juin 2016

Les dessous du HDMI

Oubliés la Peritel, le câble audio-vidéo et ses connecteurs jaune, blanc et rouge, ou encore la triplette de prise RVB, tous de nature analogique ! Vive le HDMI qui transmet le signal en numérique. Plus simple ? Dans l'absolu, oui, mais des normes et des connecteurs méritent d'être connus.

 

34214

HDMI, c'est High-Definition Multimedia Interface, le standard du moment pour transférer la vidéo non compressée et l'audio, compressée ou pas. Hitachi, Panasonic, Philips, Silicon Image, Sony, Thomson, RCA et Toshiba ont défini le standard sous tous ses aspects, avec une compatibilité électrique avec les connexions DVI-I et DVI-D. Chaque équipement HDMI dispose d'un contrôleur et communique avec son homologue. C'est pourquoi, si une liaison HDMI ne fonctionne pas, il est sage de tout éteindre et de rallumer afin de relancer le dialogue entre les deux. Le HDMI véhicule la vidéo Full HD, en 3D au besoin, et la 4K, mais aussi le son multicanal (les différentes versions du DTS et du Dolby). Les équipements peuvent'se contrôler les uns les autres par le procédé CEC (Consumer Electronics Control). Ainsi, la télécommande du téléviseur pilote le défilement des photos issues d'un appareil qui, lui, est relié en HDMI.


Au fil des ans, se sont succédé les versions 1.0, 1.1, 1.2, 1.3 1.4 et 2, avec des sous-variantes. Retenez que la 4K a été introduite avec la 1.4, ainsi que la transmission Ethernet, la compatibilité AdobeRGB et la vidéo 3D. Avec le HDMI 2.0 arrive la 4K à 60 im/s, le ratio d'affichage 21:9 et les 32 pistes audio. Son évolution 2.0a ajoute le HDR Video. C'est la quatorzième mouture de la norme ...

Sachez qu'il existe des cartes graphiques pour PC compatibles HDMI 2 et que le standard MHL (Mobile High-Definition Link) qui sort de !'audio-vidéo via l'USB de nos téléphones portables peut être, avec un adaptateur, envoyé vers le HDMI d'un téléviseur. Quant à la prise Display Port que l'on trouve notamment sur les ordinateurs Apple, elle est compatible avec HDMI 1.4 si elle est estampillée DP++ (Dual-mode Display Port).

"Avec le HDMI 2.0 arrive la 4K à 60 im/s et le ratio d'affichage 21:9."

Il existe cinq types de connecteurs : types A, B (inutilisé à ce jour à notre connaissance), C, D et E. Ce dernier est dédié à l'automobile, comportant un ergot de fixation pour contrer tout mauvais contact dû aux vibrations du véhicule. A, C et D se retrouvent sur les téléviseurs, vidéos projecteurs et appareils numériques sous les appellations Full Size, Mini et Micro (comme pour l'USB). Si vous avez un câble Full Size HDMI, rien n'est perdu. Il existe des adaptateurs HDMI A>C et HDMI A>D. PNY commercialise un câble 3 en 1 avec des connecteurs de type A aux deux extrémités,associé à un adaptateur de type HDMI A>C et D.

Le HDMI sans fil
Il existe des solutions ici et là. limitées à la Full HD et en aucun cas faisant l'objet d'une norme universellement établie. Le terme générique Wireless HDMI recouvre donc des réalités différentes. comme WirelessHD. Wireless Home Digital Interface et Wireless Gigabit Alliance, travaillant avec le forum USB.


Pour l'instant, rien de concret et il faut se rabattre sur des solutions propriétaires qui organisent à leur sauce la transmission sans fil entre prises HDMI. Des marques comme Araneus, logear, Nyrius en proposent, ainsi que le fabricant de vidéoprojecteurs Optoma avec son boîtier WHD200 (HDMI 1.4a) que
l'on trouve à 210€-250€.

Posté par frederic vdb à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 décembre 2015

JVC HR-S 7700

Vous souhaitez réaliser un transfert de vos vhs sur dvd et il vous est nécessaire de faire l'acquisition d'un magnétoscope VHS. Le magnétoscope VHS JVC HR-S 7700 est un excellent choix.

hr-s7700Le JVC HR-S7700 ne dispose pas de fonction particulièrement destinées au montage,cependant pour une simple numérisation il dispose des qualités nécessaires.

Pour commencer il est capable de lire de nombreux formats dérivés du VHS :

  • Le VHS Pal et Secam avec transcodeur automatique et choix du type de sortie (format original, PAL systématique ou SECAM systématique).
  • Le VHS-C qui nécessite dans ce cas un adaptateur. Le VHS-C est la version du VHS prévue pour les caméscopes.
  • Le -S-VHS ou Super VHS,
  • Le S-VHS-C ou Super VHS-C. Format très rare et nécessitant également un adaptateur.

LE JVS HR-S7700 traite également le VHS ET, qui est une sorte de VHS amélioré qui reprend les caractéristiques du Super VHS mais sur une cassette prévue pour du VHS à condition qu'elle soit "High Grade".

La principale qualité de ce magnétoscope est la qualité d'image. Les éléments suivants en sont l'une des raison :

TBC

Le TBC permet de réguler la vitesse à laquelle s'affiche les images. Comme l'avance de la bande est mécanique, même si elle est régulée par un système électronique, les 25 images par seconde ne sont pas parfait. Le TBC est une sorte de mémoire de trame dans laquelle s'accumule les images et qui les restitue électroniquement à 25 images seconde.

Ainsi évite-t-on certaines déformations liées à l'absence de TBC.

Le réducteur de bruit

 Les bandes vidéos de mauvaise qualité ou tournées dans de mauvaises conditions d'éclairage génère du bruit vidéo, des petits traits multicolores. Le réducteur de bruit permet de diminuer, et même de supprimer dans certaines conditions, le bruit vidéo.

La partie son

 Le HR-S 7700 est doté des deux systèmes audio disponible pour le VHS. Le Hi-Fi Stéréo et le système monaural. Un interrupteur en facade permet de sélectionner la piste souhaité ou de mélanger les deux. Le système Hi-Fi permet de rélire les pistes audio du super VHS ainsi que les pistes audio des cassettes pré-enregistrées du commerce.

Conclusion

Le HR-S 7700 vous donnera entière satisfaction autant sur la fiabilité mécanique que sur la qualité d'image. Par ailleurs, il est assez facile à trouver d'occasion en bon état. Magnétoscope haut de gamme son propriétaire l'a souvent bichonné, les appareils en circulation sont donc en principe en bon état.

Posté par frederic vdb à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 octobre 2012

Faites réaliser un transfert sur dvd de vos cassettes et films 8mm

lecteur dvd

Afin de pouvoir visualiser vos vieux films et vos cassettes vidéo, il faut réaliser tout une installation et le risque de la panne devient de plus en plus important. On peut aujourd’hui déposer ses vieilles cassettes  et vieilles bobines à un spécialiste du transfert de film sur dvd.

 La copie des cassettes sur dvd

Tous les formats vidéo peuvent être convertir sur dvd. Des transfert sur dvd comme le vhs et le video8 sont très courant, mais le transfert des formats comme le V2000 ou le Betamax est également réalisable.

On peut aussi réaliser le transfert sur dvd des vidéos comme le DV, le HDV, le D8 ou les vidéos sur carte mémoire.

Le transfert de film sur dvd

15 minutes de mise en place pour 30 minutes de projection. Installer le matériel de projection, ainsi que l’écran, faire le point entre le projecteur et l’écran et charger la bobine pour finir. Voilà ce qui attend celui qui aspire à se regarder sur la plage dans les années 70.Insérez la galette dans un lecteur de salon et se poser sur son fauteuil pour regarder ses vieux films est beaucoup plus pratique ! De nombreux formats amateurs sont traités (super 8, 8mm, 16mm et Pathé 9.5).

Les formats de numérisation

Le transfert en SD

Les transferts HD pour les vieux formats vidéo analogiques est sans intérêt. Le transfert de film argentique sur dvd vidéo est automatiquement opéré en SD car c’est le format d’un dvd vidéo.

Le transfert de film en HD (haute définition)

Si la conception d’un blu-ray est acceptable, ce support est rarement retenu car le parc de lecteur blu-ray est encore très restreint.

Comment stocker les transferts

Un grand nombre de supports sont envisageable pour l'archivage de vos films numérisés

Le dvd vidéo

Média vidéo universel, le dvd a pour principal avantage de pouvoir est relu avec une platine de salon, mais aussi sur les équipements compatibles avec cette norme, ordinateur entre autre.

Le dvd data

Avec un dvd data on emploi ici la célèbre galette en tant que média afin d’y copier les fichiers. Ce support n'ayant pas un débit aussi performant qu’un disque dur, il est obligatoire de recopier les fichiers vidéo sur un disque dur si l’on désire faire un montage.

 Le disque dur

Autorisant des débits élevés et des temps d’accès rapides les disques durs dotés de l’interface USB3 n’ont presque plus rien à envier en terme de performances aux disques durs internes. Celui qui pense effectuer un stockage important ou effectuer un montage devra avantager cette solution.

Les supports électroniques

Les supports électroniques forment un moyen intéressant pour celui qui veut copier quelques gigaoctet sans se défaire de son disque dur.

Posté par frederic vdb à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 octobre 2012

A propos de la résolution sur dvd

blu-ray-technologyIl paraît qu’il est parfaitement possible de graver un format HDV en cassette sur DVD, mais que dans ce cas le résultat n’est pas en haute définition. Si cette information est juste, que peut-on dire de plus sur ce point et notamment en ce qui concerne la résolution des images HDV contenues sur un disque.

Le dvd standard

La résolution

Dès que l’on a affaire à un dvd standard, la résolution est invariable (720x576 soit 414720 pixels), qu’il s’agisse d’une vidéo HD ou non, puisqu’elle sera de toute façon compressée en mpeg-2 pour être gravée.

La qualité de l’encodage

Mais la qualité du dvd, elle, n’est pas forcément invariable. Quel que soit le logiciel utilisé pour le traitement d’une vidéo à graver, il donne accès à des menus de paramétrages influant directement sur la qualité du résultat, en particulier le taux de débit choisi pour la partie vidéo et audio, le désentrelacement…

Plus il sera important, plus la qualité sera optimale, et plus votre vidéo exigera de l’espace au sein du dvd. Pour une vidéo de longue durée (plus d’une heure), on  pourra graver un DVD+R DL (8.5 Go).

Le dvd HD

Attention, cela n’a aucun rapport avec des DVD spécifiques HD : soit les formats HD DVD et Blu-ray. Le premier est déjà enterré avant d’avoir vraiment existé, et le second est en train de creuser son trou – les premiers graveurs de salon sont arrivés en 2009.

 

La haute résolution

Pour maintenir une qualité haute définition jusqu’au visionnage final, il est indispensable que tous les éléments qui suivent soient compatibles avec ce niveau de qualité, donc après la caméra : l’encodage, le support disque et même l’écran de diffusion (un téléviseur cathodique n’affichera pas les deux millions de pixels de la HD).

La connectique, aussi, tient un rôle important dans la qualité du visionnage. Un câble HDMI ou DVI reliant votre lecteur DVD à votre écran Plasma ou LCD permettra un rendu meilleur qu’un simple raccordement Péritel ou Cinch. Maintenant, de manière moins rationnelle mais tenant compte de témoignages d’utilisateurs (forums et autres), il semblerait que les meilleures images soient obtenues par le mode down Conversion depuis la caméra HD, plus que par un encodage ultérieur dans l’ordinateur.

Posté par frederic vdb à 11:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2012

Faire recopier ses cassettes vhs sur un dvd

images

Votre vieux lecteur de k7 vhs vient de rendre l’âme et il n'est maintenant plus possible de regarder vos vidéos. Afin de pouvoir regarder les k7 sur le pc ou la télévision, il serait plus simple de transposer les vhs sur dvd. (Voir ici)

Un spécialiste du transfert numérique réalisera pour vous un travail de qualité. Grâce à l’utilisation d’un support contemporain, vous pourrez pleinement savourer vos souvenirs, qu’ils viennent de votre caméscope ou de votre lecteur vidéo.

Le transfert sur disque dur pour commencer

Le disque dur est utilisé comme 1ière base de transfert. Après la digitalisation sur disque dur on cale le début et la fin des images. Après les corrections de postproduction on peut déclencher la transformation pour le transfert vhs sur dvd vidéo.

Réaliser un encodage de qualité

Il faut exécuter un encodage en 2 passages afin d'obtenir une bonne qualité d'image. Un premier passage de calcul est effectué et l’encodage optimisé pour le vhs sur dvd est réalisé au cours de la seconde passe.

Une compression opérée durant la digitalisation est trois fois moins longue, mais ne permet pas la l’optimisation de la compression. Un encodage en un passage est réalisable pendant la lecture de la cassette vidéo.

Le traitement premium

Le cas des cassettes de mauvaises qualité

Les k7 vidéo vhs qui sont numérisées sur dvd proviennent parfois de la recopie d’une autre cassette. La qualité d’image est souvent mauvaise avec ce type de cassette. Le traitement premium est essentiellement conçu pour corriger ces défauts.

Dédié à l'amélioration de la qualité de l'image, le procédé premium neutralise le bruit vidéo et valorise la définition des images vidéo. La transcription de vidéo de mauvaise qualité n’a pas pour seule coupable une vidéo copiée. Il peut aussi s’agir de k7 très ancienne, k7 de qualité médiocre, k7 ayant été archivées dans des conditions douteuses. Le traitement premium peut régler une grande quantité de problèmes que l’on voit régulièrement apparaitre sur les cassettes vidéo.

Le traitement des différents standards de télévision

Les k7 pal et secam sont numérisées, mais également les cassettes ntsc dans le cadre du traitement premium. Si votre caméra a été achetée en Europe, c’est un caméscope Pal, ou Secam. Les caméscopes utilisent fréquemment la norme Pal, même si le standard est le Secam en France. Exploité comme norme en Europe, le Pal est la norme que l'on rencontre le plus fréquemment dans le monde.

Le ntsc est utilisé comme standard au Japon et en Amérique du nord. Le pal étant à 25 image/seconde, on pourra préférer pour la conversion ntsc un format de 30 images par seconde ou un signal fournissant 25 image/seconde.

La création du menu (authoring)

L’authoring vient juste après. Cela consiste à rendre le dvd compatible pour un lecteur classique. Les fichiers sont organisés d’une certaine façon pour rendre ce dernier compatible avec une platine de salon. Pour avoir un menu comme sur un dvd du commerce, il est nécessaire de choisir le traitement premium.

La finition du dvd

Pour terminer la présentation externe du dvd est réalisée. Pour commencer le titre du dvd est imprimé sur celui-ci. On nommera le dvd « Souvenirs de famille » en l’absence d'autre indication. Si des informations figurent sur la k7, elles sont reprises sur le dvd dans la mesure du possible. Pour réaliser un cadeau le traitement premium permet d’avoir une présentation encore plus attrayante avec le boitier pvc muni d’une jaquette personnalisée.

Posté par frederic vdb à 11:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 septembre 2012

Comment est réalisé un transfert super 8

film_dvd

Vous revenez de vacances avec dans votre coffre les super 8 de votre papa. L’équipement de cinéma qui était à proximité des bobines paraît ne plus souhaiter marcher.

Pourquoi ne pas faire exécuter un transfert super 8 ?

La préparation transfert super 8

En préalable à opération de transfert super 8, il est avant tout vérifié, essuyé et retouché le cas échéant. Les amorces en mauvais état ou non correct sont changées. L’amorce est indispensable pour pouvoir réaliser la numérisation des premières images du film.

La réalisation du transfert super 8

Le transfert des films est effectué derrière les travaux de préparation. Il s’agit de digitaliser chaque photo de la pellicule sur le capteur numérique d’une caméra pour opérer une numérisation de film. La digitalisation doit obligatoirement se dérouler sous surveillance. Les bobines sont habituellement très anciennes et de nombreux types d’incidents apparaissent durant les opérations de numérisation. Ainsi en cas d'aléa on épargnera le film en arrêtant immédiatement la numérisation. L’exposition est le seul point faisant l’objet d'une modification pendant la numérisation.

Corrections réalisées durant le transfert super 8

L'exposition

Il faut parfois intervenir en corrigeant l’ouverture du diaphragme de la caméra pour éclaircir un passage sombre et ainsi récupérer des détails dans les zones sous-exposées. On peut ainsi « déboucher » certains passages sombres en procédant de cette façon.

Les couleurs et le contraste

On procède ensuite à une correction de la colorimétrie et accessoirement du contraste.

Le réglage du niveau gamma facilite la correction des surexpositions et permet d’éclaircir les passages sous exposés. Les colorations accentuées occasionnées par le choix d'un filtre de couleur de lumière inapproprié, ou par l'âge du film ou à la fusion de ces deux éléments, sont compensées.

Des codecs intermédiaires sont alors employés après ces premières corrections, c'est le DVC HDPRO pour un transfert en HD, ou du DVC PRO pour une numérisation en SD. Ces codecs à très hauts débits sont nommés aussi « lossless » (sans perte), ils permettent la protection de l’intégralité des informations sur chaque film.

La postproduction

Des ajustements précis sont opérés en postproduction. Avec des outils beaucoup plus précis et facile d’usage on affine les réglages. Chaque pellicule requiert une combinaison de filtres bien particulière. En dehors d’un traitement pour corriger le vieillissement du film, un film ayant fait l’objet d’une prise de vue correcte n’a pas besoin d’être corrigé.

Le transfert sur dvd

C’est à ce stade que le codage est réalisé. Parmi les différentes possibilités on trouve aussi le dvd data pour la délivrance du film sous forme de fichiers vidéos. Il s'agit de déterminer le format de sortie escompté, HD ou SD, pour définir ensuite le format d’codage. L’exécution d’un montage est envisageable avec un transfert sur disque dur

Dès que diverses procédures résultant de la digitalisation sont complétées, il y a la dernière étapes nommée authoring permettant alors de bénéficier d'une digitalisation de film sur dvd vidéo. La pochette extérieure du dvd est ensuite réalisée. Les multipes opérations s’achèvent par l’impression du titre directement sur le dvd et la réalisation de la jaquette.

 

Posté par frederic vdb à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,