Photoshop et Lightroom exercent un fort pouvoir d'attraction sur les photographes, et il n'est donc guère étonnant que se soit développée au fil des années une petite industrie où abondent les éditeurs d'extensions.

Par Volker GILBERT

Plug-ins-et-editeurs-externe-1

Lightroom, Camera Raw, et a fortiori Photoshop possèdent beaucoup plus de fonctionnalités que celles dont vous ne pourrez jamais vous servir. Cependant, les trois logiciels ne sont pas à même de couvrir l'ensemble des besoins en matière de correction d'images. Pour cette raison, Photoshop et Lightroom ont été conçus dès le départ de manière à pouvoir accueillir des extensions sous forme de plug-ins et éditeurs externes. L'éventail des extensions est quasi infini, leurs différences en matière de richesse de fonctionnalités et qualité d'image souvent aussi importantes que leurs tarifs. En règle générale, elles existent en deux versions, Standard et Pro, la dernière offrant un traitement d' images en 16 bits par couche et des réglages plus fins et/ou plus nombreux. On pourrait s'interroger sur la raison d'être des plug-ins et éditeurs externes. Gardez à l'esprit que l'herbe n'est pas toujours plus verte ailleurs - Photoshop et Lightroom offrent déjà un très vaste potentiel en matière de traitement d'images et, parfois, il suffit d'apprendre à en maîtriser les outils pour en tirer pleinement parti. C'est pourquoi il est important de télécharger, installer et essayer une version d'essai de l'extension tant convoitée avant de valider votre achat. Cela dit, l'interface utilisateur, les outils, la rapidité et la simplicité avec lesquels certains greffons parviennent au résultat recherché méritent largement le détour.

Greffons au coeur

Le marché des logiciels d'image subit des changements importants et il n'est donc guère surprenant que certains éditeurs de plug-ins de la première heure aient cessé ou restructuré leurs activités. Mais certains survivent plutôt bien que mal: Alien Skin, Google, Imagenomic, Macphun, Onl et Topaz, pour ne citer que les éditeurs les plus prolifiques, proposent un portfolio d'extensions plus ou moins étendu. Voici notre sélection d'extensions pour Photoshop et Lightroom. La transformation monochrome et la simulation de rendus argentiques sont devenues deux grands chevaux de bataille. Bien que de conception relativement ancienne, Silver Efex Pro continue de servir d'étalon pour ce type de greffon grâce à son système de correction locale U-Point, ses paramètres prédéfinis pertinents et ses interventions très fines sur le contraste global et local. FilmPack, de l' éditeur DxO, brille avec des simulations de films authentiques, Alien Skin Exposure avec des effets très réussis de netteté et de bokeh. Quant à Tonality Pro du jeune éditeur Macphun, il propose une architecture de couches et de calques très performante pour les corrections locales. En matière d'outils de netteté, Google Sharpener Pro et Photokit Sharpener offrent des outils complets pour la préaccentuation, l'accentuation créative et l'accentuation en fonction de la sortie, en tenant compte du type d'imprimante, sa résolution, le format du tirage et la distance d'observation. Quant à Piccure Plus et Focus Magic, ils visent à compenser le flou de bougé et le flou de l'objectif à l'aide d'un algorithme qui procède par la déconstruction de l'image avant de la reconstruire pour lui restituer la netteté qu'elle aurait dû avoir au départ. De nombreux plugins et éditeurs externes se consacrent à la réduction du bruit. Dernier en date, MacPhun Noiseless vient de débarquer sur un marché déjà occupé par Dfine, Neat Image, Noiseware Pro et Denoise. Les logiciels en question sont particulièrement à l'aise lorsqu'ils sont associés à Photoshop. Vous pouvez ainsi appliquer les réglages de traitement de bruit à une copie du calque d'arrière-plan, partiellement masqué là où il faut protéger les détails.

Chasse aux défauts

La correction des défauts optiques et de perspective est un autre domaine desservi par des solutions compétentes. Citons l'ancêtre PTLens pour la correction de la distorsion et du vignetage et DxO ViewPoint pour le redressement des perspectives, les déformations de volume et la distorsion optique. C'est également une des spécialités de DxO Optics Pro qui bénéficie d'une intégration complète avec Lightroom puisqu'il est possible de lui envoyer un fichier Raw à partir de ce dernier, puis d'en rapatrier automatiquement une version corrigée dans le catalogue. Par ailleurs, la même stratégie est employée par Raw Photo Processor et PhotoNinja, ce dernier étant aussi disponible en tant que plug-in pour Photoshop. Topaz Clarity, Macphun Intensify Pro et Akvis Enhancer corrigent les tonalités d'une image pour en mettre en valeur les parties les plus importantes, alors que les outils de Google Viveza contrôlent les tonalités et couleurs de façon globale ou locale. Topaz Adjust offre une amélioration automatique des images, tout comme Perfectly Clear de l' éditeur Athentech. Pour aller encore plus loin dans la manipulation de la lumière et de la couleur, vous pouvez utiliser un utilitaire HDR tel que Photomatix Pro, HDR Efex Pro ou Aurora HDR. Sans faire double emploi avec les outils de fusion HDR de Camera Raw/Lightroom et Photoshop, ils apportent des rendus plus typés et une meilleure gestion des images fantômes.

Plug-ins-et-editeurs-externe-2

Ici ou ailleurs

Pour achever cette présentation de plug-ins et éditeurs externes dédiés au traitement d'images, sachez qu' il existe également des utilitaires pouvant se substituer aux outils de détourage (Vertus Fluid Mask et Topaz ReMask), de redimensionnement et rééchantillonnage de Photoshop (Alien Skin Blow Up, BenVista PhotoZoomPro, Onl Resize 10). Quant à Imagenomic Portraiture et PortraitPro, ils visent à automatiser la retouche de visages. Photoshop offre une interface acceptant deux types de plug-ins: les filtres tiers s'intègrent au menu Filtre alors que les plug-ins d'automatisation sont accessibles via le menu Automatisation. Certains de ces plug-ins sont également disponibles sous forme d'applications autonomes. Si l'installation de la plupart des plug-ins se déroule automatiquement, certains éditeurs vous demandent de copier le fichier manuellement vers le dossier Plug-insde Photoshop.

Les fonctionnalités de Lightroom peuvent être complétées par celles de nombreux éditeurs externes. Pour apporter des modifications à une image dans un de ces logiciels tiers, il faut d'abord générer une copie au format Tiff, PSD ou Jpeg. Une fois l'éditeur externe installé, passez dans l'onglet Édition externe des Préférences de Lightroom pour sélectionner dans le menu Éditeur externe supplémentaire le format de fichier, l'espace couleuret la  profondeur en bits pour le fichier bitmap que vous transférez à votre éditeur externe. Notez que Lightroom choisit toujours la version la plus récente de Photoshop, la considérant comme principal éditeur externe.

Pour envoyer une image vers un éditeur externe, faites un clic-droit, sélectionnez l'option Modifier dans ... du menu contextuel, puis le nom du logiciel. Une boîte de dialogue vous propose alors différentes options en fonction du type de fichier envoyé, Raw ou bitmap. Pour Lightroom, il existe aussi un certain nombre de modules externes mieux intégrés, oeuvrant directement dans l' interface du logiciel hôte. LR/Mogrify 2 se consacre à l'ajout d'un filigrane, d'une bordure ou d'annotations de texte aux images sélectionnées tandis que LR/Enfuse, également mis au point par Timothy Armes, permet de fusionner plusieurs images prises avec des expositions différentes en une seule plage dynamique plus étendue.